Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Jeu 25 Fév 2010 - 23:06

*vais faire un voeu, c'est la première fois que j'ouvre une chambre à l'Auberge... je crois*

Et voilà, comme promis (en particulier à Clinchamps) j’ouvre une chambre à l’Auberge, pour un des auteurs contemporains italiens les plus lus, connus de l’autre côté des Alpes, ainsi que de ce côté-ci.

Tout d’abord, une brève biographie (merci Wiki) :
Né le 6 septembre 1925 à Porto Empedocle (la Vigàta de ses romans), dans la province d'Agrigente, en Sicile, Andrea Camilleri va connaître deux vie. L’une comme metteur en scène, l’autre comme écrivain. Fils unique dans une famille de la haute-bourgeoisie, mais désargentée, Camilleri poursuit ses études à Palerme bohème. Il comme où il fréquente la bohème. Commence alors sa carrière d'écrivain par des nouvelles et des articles pour des journaux et des revues ainsi que de la poésie. En 1947, il remporte le prix de poésie Libera Stampa devant Pasolini et en 1949, à Florence, un prix prestigieux pour une pièce de théâtre, Giudizzi a mezzanotte (Jugement à minuit). Durant son voyage de retour en Sicile, il relit sa pièce et s'en trouve si peu satisfait qu'il la jette par la fenêtre du train. C'était le seul exemplaire. Quelque temps après, il reçoit une bourse de l'Académie des arts dramatiques et quitte la Sicile.


C'est le début de sa première carrière : il est metteur en scène et enseignant et théoricien d'art dramatique. Il collabore à L'Enciclopedia dello Spettacolo, enseigne au Centro sperimentale di cinematografia. En tant que metteur en scène, il travaille aussi bien pour le théâtre, la télévision que la radio. C'est à ce moment qu'il produit une adaptation célèbre en Italie des enquêtes du commissaire Maigret de Simenon. Parallèlement, il continue d'écrire des nouvelles, mais pas de romans malgré les encouragements de son ami, autre auteur sicilien, Leonardo Sciascia.

Et là, va commencer sa deuxième carrière. En 1982 enfin, à cinquante-sept ans, il publie son premier roman, bientôt suivi de nombreux autres. C'est sa deuxième carrière, celle du romancier, dont l'inspiration suivra une double voie. Comme Sciascia, il prend prétexte d'un fait divers réel, dans la Sicile du XIXe siècle pour bâtir un récit historico-policier, ou, autre voie suivie, il écrit des romans policiers, avec le commissaire Montalbano comme héros dont les enquêtes se déroulent dans la ville imaginaire de Vigàta, en Sicile (qui ressemble beaucoup à sa ville natale).

A partir de Montalbano et des autres romans, tous ou presque ayant pour cadre la Sicile, Camilleri va devenir un véritable phénomène en Italie.Et l’adaptation par la RAI des aventures de Montalbano un des succès du groupe télévisuelle. Entre nous soit dit, une excellente adaptation, malheureusement introuvable en France.

Passons à moi et Camilleri.

Il y a déjà longtemps, la télé française avait diffusé les premières aventures du commissaire Montalbano. J’avais bien aimé. Puis un jour, dans une librairie, je découvre que c’est adapté d’une série de romans. J’en achète un. J’aime le style. Il faut dire que les Camilleri sont excellemment bien traduit. En italien, c’est écrit dans une langue qui mélange allégrement l’italien « officiel » et le dialecte sicilien. Il faut savoir qu’en Italie les dialectes sont encore très vivaces, et les auteurs n’hésitent pas à employer celui de leur régions (sauf Umberto Eco, qui emploie tout, et surtout du latin…hum… nan, je plaisante, parce qu’il écrit parfois en dialecte milanais, mais là n’est pas le sujet)
Et le traducteur français des Montalbano, Serge Quadruppani, a fait un très grand travail d’adaptation, qui fait sentir toute l’âme de la langue.
Bref, j’ai adoré donc ma rencontre, et lors de mes séjours en Italie, j’ai acheté les derniers sortis directement en VO… et les coffrets DVD de la série télé.
Montalbano, c’est un peu Maigret, un peu Sherlock Holmes, beaucoup la Sicile. Pas toujours des histoires de crimes sanguinaires, pas toujours la Mafia, mais toujours un Montalbano caractériel, dont l’humeur dépend du temps qui fait et profondément humain. Comme son auteur, comme ses histoires.
Un commissaire amateur de bonne chère, de bons vins et surtout, un commissaire grand lecteur, avec une importante bibliothèque, et qui puise l’inspiration, parfois, dans ses livres. On rit énormément à la lecture de Camilleri, de ce rire typique en Italie, teinté de malinconia. On s’énerve aussi devant l’absurde de certaines situations, la bêtise des gens. On se rend compte que la Sicile est un joli pays, mais parfois oublié, volontairement, par ceux qui décident. Que la Mafia n’est pas ce que l’on croit, et qu’on peut vivre en-dehors… mais pas sans elle.

Pour en revenir aux livres, je vous conseille, pour vous familiariser, de commencer par les recueils de nouvelles :
- Un mois avec Montalbano
- La démission de Montalbano
Pour les romans, le premier de la série est La Forme de l’eau. Mais mon préféré reste La patience de l’araignée (que je n’ai pas en français, je ne sais plus d’ailleurs où en est la traduction française), qui est pour moi, un petit bijou de construction, et une terrible histoire de vengeance. Mais aussi une très belle histoire.

J’ai aussi commencé à lire ses autres romans, non policier, avec la Concession du Téléphone, plongé dans l’absurdité bureaucratique, et les petits arrangements, dans une Sicile de la fin du XIème siècle, nouvellement rattachée à l’Italie. On y retrouve toujours ce ton, à la fois drôle et… comment dire, vous savez, quand vous soupirez devant un truc, déprimé….

Bon, j’essaierai de faire un peu plus construit pour la suite ! Ah, et tous les romans sont édités chez Pocket.
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
toxicangel
Snails Huntress
toxicangel

Nombre de messages : 6230
Age : 41
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 12:50

Grand Maître Kusanagi, je salue bien bas l'excellence de votre présentation

Il me semble que j'ai dû tomber une fois ou 2 à la télé sur l'un des épisodes des aventures du commissaire Montalbano mais j'avoue ne pas en avoir gardé beaucoup de souvenirs...


Et surtout merci pour m'avoir donné de futures idées de cadeaux de noël / anniversaire, car dans la famille Toxic, le polar fait office de religion et le commissaire Montalbano n'a pas encore fait son entrée sur scène Twisted Evil .
Par contre, pour moi, ce sera sans doute (beaucoup) plus tard. Faut déjà que je lise le dernier Elizabeth George avant de subir les foudres de Serendipity Wink et vu mon rythme de lecture, chais pas à quand ça va me mener Razz

Mais je note le nom, merci beaucoup Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
serendipity
Aurora Borealis Chaser
serendipity

Nombre de messages : 9430
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 13:01

toxicangel a écrit:
Faut déjà que je lise le dernier Elizabeth George avant de subir les foudres de Serendipity Wink

Embarassed

de quel droit le ferais-je, moi qui n'ai lu ni le dernier, ni l'avant-dernier scratch il fut un temps très ancien où j'étais une lectrice très attentive à l'oeuvre de Ms George mais je dois avouer que mon intérêt s'est émoussé Embarassed

Pour me rattraper de cet horrible HS, Miss Kusanagi, je dirais que j'ignorais qu'il existait des recueils de nouvelles de Camilleri et que je note intérieurement d'aller m'y intéresser de plus près Razz

(lecture en VO, wouah, la classe Wink )
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora
mimidd

Nombre de messages : 15751
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 13:04

Je ne connais pas du tout cet auteur, mais tu sais donner envie, Kusa Shocked

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Rostov
Hungry Bookwolf
Natacha Rostov

Nombre de messages : 3014
Age : 39
Localisation : Au fond des bois
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 13:07

Merci pour cette présentation Kusanagi! Je ne connaissais pas du tout cet auteur et ta présentation est très alléchante! Si je comprends bien, tous les romans avec Montalbano n'ont pas encore été traduits?
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
clinchamps

Nombre de messages : 54899
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 15:47

Je suis ravie que tu ouvres ce topic, Kusa, car, comme tu me l'as fait découvrir, je peux dire que j'aime énormément le commissaire Montalbano. Je remarque en passant qu'il est un lecteur assidu (le commissaire) des aventures d'un autre commissaire, catalan celui-là, Pepe Carvalho, autre excellentissime série de romans policiers de manuel Vasquez Montalbàn(comme par hasard Wink ). Déjà c'est marrant un commissaire de fiction qui lit les aventures d'un autre commissaire de fiction ! Very Happy
Camilleri porte sur sa Sicile un œil incisif :
Citation :
"il roula vers une cabine téléphonique qui devrait se trouver au croisement de Torresanta (elle devrait s'y trouver, à moins que le combiné ait été fauché, ou que l'appareil entier ait été volé, ou que la cabine elle-même ait disparu) ..."

Citation :
"la montagne du Crasto qui, pour sa part, ne s'était jamais, même en rêve, prise pour une montagne .... avait été soigneusement trouée par un tunnel, à présent fermé par des planches en bois, qui devait faire partie d'une route partant de nulle part pour aboutir nulle part, très utile pour attirer les fonds qui déviaient dans le puits sans fond des dessous de table. "
Le ton est donné, l'humour jaillit presque à chaque page, sans parler de la drôlerie des dialogues excellemment traduits comme l'a dit Kusa, on les entend presque parler :
Citation :
"- Allô, Salvo? Gegé je suis. Laisse-moi parler et ne m'interromps pas pour dire des couillonnades. J'ai besoin de te voir, poursuivit-il en dialecte, j'ai une chose à te dire.
- ... ce soir même si tu veux?
je suis pas à Vigata, à Trapani je suis !
- Alors quand donc?
Quéjour on est?
-jeudi
- ça te va samedi à minuit, à l'endroit habituel?
- ecoute, gegé, samedi soir je vais manger avec une pirsonne, mais je peux venir pareil, si j'ai du retrad attends-moi..."
Sans parler de l'inspecteur Catarella qui parle une langue (le Talien dit-il) connue de lui seul et qui donne des résultats aussi drôles que surprenants.
Les personnages sont vivants, et les plats que la bonne cuisine au commissaire vous feront saliver, c'est sûr (il y a même des poulpes ... farcis lol! )
Alors, humour, dépaysement et suspens garantis : il faut lire les aventures du Commissaire Montalbano, encore merci Kusa pour cette découverte ! cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Ven 26 Fév 2010 - 15:52

Oh, Clinchamps, j'étais en train de chercher des extraits, mais tu m'as précédé

Ah, l'agent Catarella, tout un poème....

Bon, je vais essayer de mettre au clair ma bibliothèque et la bibliographie de ce cher Andrea.

Sinon, bien sûr que c'est plus qu'un simple clin d'œil, pour Pepe Carvahlo et Manuel Vasquez Montalban Et Camilleri ira même plus loin, dans un dernier ouvrage
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Lun 1 Mar 2010 - 21:14

Alors, je reviens

Et en premier, je vous donne une des citations fournies par Clinchamps directement en VO
Citation :
In macchina, alla volta di una cabina telefonica che avvrebe dovuto esserci verso il bivio di Torresanta ( avrebbe dovuto esserci fatti salvi il taglio e l'asporto della cornetta, il furto dell'apparechio intero, la sparizione della cabina stessa)

Et je vous donne la liste des livres, en français et en italien, gentiment trouvée sur wikipedia

En Italie

Spoiler:
 

En France:

Spoiler:
 

Et je vous laisse avec deux portrait du monsieur sur Evene: et
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Sam 6 Mar 2010 - 18:04

Pour continuer l'exploration de la Sicile de Camilleri, je vais vous parler des trois romans que je préfère, dans la série des
Montalbano:

Chien de Faïence/ Il cane di terracotta. (1996)

Citation :
Tano u grecu, important mafieux menacé par ses pairs, décide de
se
livrer au commissaire Montalbano, mais il est abattu par ses anciens
complices en même temps que deux policiers. Avant de mourir, il a révélé
l'existence d'une importante cache d'armes dans une grotte aux environs
de Vigàta. Bientôt le cadavre d'un employé municipal vient s'ajouter à
la liste. L'affaire ne s'arrête pas là : dans l'arrière-fond de la
grotte, on trouve les corps de deux amants s'étreignant dans la mort.
Touchant ! Troublant, surtout, ce chien de faïence qui semble monter la
garde devant les défunts..

J'aime particulièrement celui-ci, pour plusieurs raisons... d'abord, la
description douce-amère, comme toujours, de la Sicile et de l'Italie,
économiquement et politiquement. Mais surtout parce que Montalbano va
plus s'intéresser à un cas remontant à 50 ans, que réellement à
l'enquête en cours. C'est, comme toujours chez Camilleri, avec
Montalbano surtout, truffé de référence littéraire... et surtout une à
Umberto Eco . Une bonne entrée en matière de ce que
j'appelle, la "première période" dans les enquêtes du commissaire.

Le tour de la bouée/ Il giro di boa (2003)

Citation :
Malgré les injonctions de sa fiancée Livia, le commissaire
Montalbano a décidé de démissionner. Les événements de juillet 2001 à
Gênes, marqués par le comportement scandaleux d'une bonne partie des
forces de l'ordre, lui font perdre toute confiance dans le corps auquel
il appartient. Sa décision prise, il veut, comme à l'accoutumée, se
débarrasser de la laideur du monde en nageant dans cette mer qu'il a
sous ses fenêtres. Et voici qu'il heurte le cadavre d'un inconnu en état
de décomposition avancée, aux poignets et aux chevilles portant la
marque de liens. Ce coup de force du destin le contraint à reprendre son
boulot de flic. Sur cette côte sicilienne tournée vers l'Afrique,
d'autres corps échouent, ceux des immigrés clandestins dont des féroces
mafias organisent le trafic. Un enfant meurt, renversé par une
voiture...

Et c'est celui-là qui va constituer pour moi un tournant dans l'œuvre de
Camilleri et les aventures de son commissaire. Bien sûr, les enquêtes
de Montalabno ont toujours eu un rapport avec la politique, avec l'état
de l'Italie, et l'humeur de Montalbano un point important. Mais à partir
de cette enquête (qui fut aussi la première que j'ai lu en italien), les
évènements de Gêne vont fortement influencer sur la vision de monde, qui
va se teinter de pessimisme. Un pessimisme que personnellement, hélas,
je trouve tout à fait justifier. Montalbano vieillit, Montalbano fait de
moins en moins confiance au système qu'il sert, et le système lui-même
devient de plus en plus... bref, la plume de Camilleri devient
grinçante, le commissaire se parle de plus en plus à lui-même, et même
la mer, la magnifique mer Méditerranée qui illuminait les récits, ne
parvient plus à laver toutes les mal-pensées.... trop engorgée elle-même
de ce que les hommes produisent...déchets, cadavres des clandestins,
cadavres des exécutés...

La patience de l'araignée/ la pazienza del ragno (2004)

Citation :
La commissaire Montalbano, bien que convalescent, est chargé
d'une nouvelle affaire : une jeune fille a disparu. Tout prête à croire
qu'elle a été enlevée. Mais par qui ? Pourquoi ? Il faudra au Sicilien
la patience de l'araignée pour découvrir comment la toile du rapt a été
tissée...

Ce tome fait suite directement au précédent (le Tour de la bouée, donc)
Et on retrouve un Montalbano convalescent... Je crois que c'est mon
préféré, car il ne s'agit pas d'une enquête banale, sur un crime
quelconque. Pas de mafia ici, pas d'organisation criminelle, pas de
sang... mais une vengeance ô combien terrible, digne des plus grandes
tragédies shakespeariennes. Une histoire où la limite entre le bien et
le mal est très floue, car finalement, rien en nous permet de juger. Ou
plutôt, si... mais à lire absolument.
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
cat47
Master of Thornfield
cat47

Nombre de messages : 24115
Age : 62
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Sam 6 Mar 2010 - 18:20

Merci pour l'ouverture de ce topic, Kusa! cheers
Ta présentation donne vraiment envie. Je ne suis pas sûre de pouvoir m'y intéresser tout de suite mais à première vue, beaucoup d'ingrédients que j'apprécie dans cette recette de cuisine italienne.





clinchamps a écrit:
Je remarque en passant qu'il est un lecteur assidu (le commissaire) des aventures d'un autre commissaire, catalan celui-là, Pepe Carvalho, autre excellentissime série de romans policiers de manuel Vasquez Montalbàn(comme par hasard Wink ). Déjà c'est marrant un commissaire de fiction qui lit les aventures d'un autre commissaire de fiction ! Very Happy

J'espère simplement que c'est différent de Montalban, dont je n'ai lu qu'un livre que je n'ai pas du tout aimé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
clinchamps

Nombre de messages : 54899
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Sam 6 Mar 2010 - 20:34

Cat, je peux te dire que MontalbanO c'est génial ! je viens de finir "chien de faïence" et je l'ai trouvé magnifique. Comme Kusa en a très bien parlé juste au dessus, je ne m'étendrai pas, mais je vais aller commander la suite !! cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Sam 6 Mar 2010 - 20:48

Cat, je ne peux pas te répondre, parce que je n'ai jamais lu encore les Montalban... je sais que Montalabno, le personnage, apprécie les romans, mais qu'il ne se sent aucune affinité avec Pepe Carvalho (mais je crois qu'il parle de nourriture...)

En fait, Montalbano me fait plus penser à Maigret, sur certains côté... mais un Maigret avec du soleil, des belles femmes, la mer, et surtout, surtout, l'Italie et la Sicile ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Lun 19 Avr 2010 - 15:46

Alors, je reviens encore une fois, je suis en train de relire La Pista de Sabbia (je crois qu'il est traduit en français, la Piste de sable, me semble-t-il)

Et Camilleri, il y a toujours beaucoup de toutélié... puisque dans celui-là, on a une référence au Sens de la vie, des Monty Python (suite au commissaire qui a très faim.... et il dit avoir bien aimé le film ^^)

Dans un autre, on a une référence à Tarantino... Quentin (parce que sinon, il y a bien des Tarantino dedans, mais comme c'est un nom de famille sicilien, à la base)
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Pando_Kat
Lady Gunslinger of Gilead
Pando_Kat

Nombre de messages : 7167
Age : 37
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Lun 19 Avr 2010 - 19:46

Oh je le veux celui-là bounce Very Happy
J'avais beaucoup aimé les nouvelles que tu m'avais prêtées, faudrait que je me lance dans un roman maintenant ^^ (enfin, maintenant... hum, vu ma pàl façon de parler mais bon Rolling Eyes )

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads

"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Jeu 22 Avr 2010 - 0:24

Si tu veux, je peux en amener un samedi.... ou pas (ça va dépendre si j'ai envie de me charger )
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Andrea Camilleri, Montalbano et la Sicile   Mer 5 Mai 2010 - 20:42

Allez, un p'tit up, et quelques vidéos de l'adaptation de la RAI.
(par contre, sans sous-titre, désolée...)

Une vidéo dédié à l'agent Catarella, spécialement pour Clinchamps