Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 29 Fév 2016 - 8:42

J'ai donc vu hier Le chant du cygne et L'Ours au Studio Théâtre. Eh bien, c'était génial ! Vraiment, je ne peux pas dire le contraire, la mise en scène de Maëlle Poésy était intelligente, fine, et la direction d'acteurs irréprochable, brillante. Maëlle Poésy est un nom à retenir, et en voyant sa mise en scène, j'ai compris pourquoi elle avait été contactée, si jeune, par Eric Ruf. C'était la dernière de la pièce, donc je ne vais pas m'étaler, puisqu'il y a peu de chances que la pièce soit reprise. Disons juste que c'était Tchekhov dans toute sa grâce, son amertume, et ses exagérations russes.

La première pièce évoque le temps qui passe, un vieux comédien se souvient de sa jeunesse, c'est amer, et plein de rire forcé. Gilles David était émouvant et grotesque en même temps, c'était parfait. La seconde pièce était hilarante : un jeune homme dans un état d'excitation épouvantable vient demander de l'argent à une femme veuve qui a fait voeu de fuir toute compagnie depuis la mort de son mari. Benjamin Lavernhe y était franchement extraordinaire, habité par son rôle. Je l'ai trouvé gé-nial gé-nial gé-nial, très drôle et émouvant aussi.

Donc voilà, une courte double-pièce, à peine plus d'une heure, mais une représentation de très haute volée. Et puis j'étais assise à côté de Jérémy Lopez et Laurent Lafitte, et Maëlle Poésy est venue sur scène à la fin. Que demander de plus ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Tatiana
A view from the past
Tatiana

Nombre de messages : 10894
Age : 34
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 29 Fév 2016 - 12:21


Merci pour ton retour Annwvyn, sur ces deux pièces dont j'avoue n'avoir jamais entendu parler Rolling Eyes . Ce doit être un spectacle tout à fait intéressant, construit intelligemment.

(Puisqu'en plus tu as eu la chance d'avoir des Comédiens pour voisins, ce sera sûrement une soirée dont tu te souviendras Smile )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
Tatiana

Nombre de messages : 10894
Age : 34
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 4 Avr 2016 - 8:58


"La compagnie des auteurs" sur France Culture lui consacre cette semaine  cheers , avec 4 volets Arrow

Voilà qui s'annonce très intéressant bounce .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 4 Avr 2016 - 9:08

Merci pour l'info Tatiana. C'est amusant, d'autant que ce week-end j'ai acheté la biographie de Tchekhov par Tanase. J'écouterai les émissions en replay, mais peut-être après avoir lu la biographie seulement.
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 31 Oct 2016 - 10:15

Vendredi soir, je suis allée avec Ju voir Vania à la Comédie française. Comme il s'agit d'une adaptation de la pièce (a priori, les acteurs "jouent" la pièce en totale improvisation et en utilisant leurs propres mots), j'avais pris soin de lire le texte avant. J'ai eu l'occasion de rencontrer en début d'année un ami de la metteur en scène, Julie Deliquet, qui disait qu'elle avait fort à faire avec certains comédiens du Français, incapables d'accepter l'improvisation (pas de nom, désolée Razz, je sais juste qu'apparemment c'était un délice de travailler avec Laurent Stocker I love you ).

Eh bien c'était une représentation de haute volée. J'ai rarement vu une interprétation aussi fine, subtile de la part des comédiens. Laurent Stocker, Anna Cervinka et Noam Morgensztern en particulier étaient bouleversants. Une sensibilité à fleur de peau, comme s'ils allaient se casser sous nos yeux, c'était terrifiant. Je pense que le côté "improvisation" entraine automatiquement beaucoup de spontanéité et de sincérité. Question jeu d'acteur, on touche au sublime, tout simplement. Shocked

La mise en scène était très simple, contemporaine et un peu rustique à la fois, assez intemporelle au fond, ordinaire mais élégante (une table rectangulaire, comme celles qu'avaient mes grands-parents, des chaises en bois, une cafetière, un piano, un vieux buffet avec du bric-à-brac et de la vaisselle). Les costumes étaient à l'image des personnages : chemise à carreau pour Vania et salopette pour Sonia, tous deux des travailleurs ; chemise blanche pour Stéphane Varupenne, l'idéaliste... Le théâtre du Vieux Colombier était coupé en deux : la scène au milieu et des gradins de part et d'autre. On avait donc l'impression d'être à table avec la famille, du début à la fin, d'autant que parfois l'éclairage ne baisse pas et que le public est en pleine lumière. Une scène de dispute en particulier était très prenante, et si le public ne se prend pas une chaise dans la figure, c'est quand même moins une ! Laughing

Oncle Vania est une pièce plus intime que Les trois soeurs. C'est une pièce désespérante. Les personnages sont humains, touchants, faibles, décevants. Ils finissent par se haïr, se dire des mots durs. Et puis tout passe comme c'est venu. Il ne se passe rien. Reste le constat de l'inutilité de la vie, et l'espoir dans les générations futures. No

Oncle Vania raconte la détresse d'une famille, et le vide de l'existence humaine. Vania, idéaliste et confiant, a passé sa vie à se sacrifier pour son beau-frère Alexandre (joué par Hervé Pierre), "brillant" professeur. Mais quand le professeur vient vivre à la campagne avec Vania, tous réalisent qu'il n'est qu'un raté, pédant et creux. Vania et sa nièce, Sonia, sont donc plongés dans un profond malheur. Ils comprennent qu'ils sont passés à côté de leur vie. Ils sont jeunes (vingt ans pour elle, quarante pour lui), essayent encore de survivre, puis se résignent à attendre la mort. Les derniers mots de la pièce sont en gros "Il faut travailler encore une quinzaine d'années, ensuite nous mourrons, et nous nous reposerons. Nous nous reposerons. Nous nous reposerons...". Difficile de ne pas craquer...

J'étais un peu fatiguée, donc je ne suis pas entrée dans la pièce autant que j'aurais pu. La fin, cependant, était profondément bouleversante. Les comédiens, Laurent Stocker en particulier, avaient l'air sonné. Laurent Stocker avait du mal à ne pas pleurer pendant le salut. C'était une sacré expérience de théâtre. J'ai aussi failli pleurer, et je crois que la pièce m'a physiquement épuisée.

Rien à dire de plus. On arrive à la fin de la saison, mais à mon avis, la pièce sera reprise l'année prochaine. Inutile de vous dire que c'est un indispensable. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Tatiana
A view from the past
Tatiana

Nombre de messages : 10894
Age : 34
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 31 Oct 2016 - 11:03


Merci pour ton retour comme toujours très intéressant Annwvyn. Je suis impressionnée à la lecture de tes propos par l'engagement des comédiens et l'émotion à vif qu'ils arrivent à transmettre aux spectateurs.

J'avais repéré la pièce dans la nouvelle saison du Français par intérêt pour Tchekhov dont j'aimerais poursuivre la découverte, mais n'ai pas eu l'occasion d'y aller. J'espère pouvoir profiter de son éventuelle reprise l'an prochain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ju
Gone With The Books
Ju

Nombre de messages : 10941
Age : 28
Localisation : In the Tardis, with Ten
Date d'inscription : 15/05/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Lun 31 Oct 2016 - 19:02

Après ça que dire de plus ?
Annwvyn a tout dit,et avec de meilleurs mots que moi, donc je vais me contenter de plussoyer Wink
Revenir en haut Aller en bas
Petit Faucon
Confiance en soie
Petit Faucon

Nombre de messages : 7556
Age : 54
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Jeu 3 Nov 2016 - 14:28

Merci Annwvyn, comme toujours tes compte-rendus sont plein de vie et donnent terriblement envie sunny .
Oncle Vania est une pièce si triste ...
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
Tatiana

Nombre de messages : 10894
Age : 34
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Ven 27 Oct 2017 - 8:12


J'ai vu Vania cette semaine, repris au Théâtre du Vieux Colombier, et en suis sortie très, très impressionnée.
La disposition atypique de la salle a fait que j'étais assise derrière la scène, au deuxième rang, c'est-à-dire à quelques mètres des comédiens. Autant dire quasiment sur scène, ce qui créé une grande proximité avec les personnages, on a l'impression d'être immergé dans leur quotidien. Quelle joie de voir évoluer les comédiens de si près, de pouvoir guetter à la fois leurs gestes et leurs expressions  cheers Ils tournent rarement le dos aux spectateurs, et quand c'est le cas ce n'est pas une entrave. La part d'improvisation est palpable, même si, ne connaissant pas le texte de la pièce, je suis entrée dedans comme s'il s'agissait du "vrai" Tchekhov.

Le propos de la pièce est très fort, j'ai été très frappée par le côté extrêmement humain des personnages, déçus et désemparés par leur vie. Chacun est malheureux, et souffre pour diverses raisons, exprimant sa détresse avec plus ou moins de démonstration. Propos et gestes peuvent être très violents, surtout vers la fin quand Vania "explose" : comme toi Annwvyn, j'ai eu peur que son éclat ne projette une partie du décor sur des spectateurs  Laughing . Se trouvent quelques moments drôles, notamment quand Vania et le médecin, l'alcool aidant, se mettent à danser.
J'ai été en particulier impressionnée par Laurent Stocker (qui avait l'air effectivement épuisé aux saluts), son engagement total, il est littéralement habité par son Vania, déchirant   . Beaucoup aimé Hervé Pierre, Stéphane Varupenne (brillant, vraiment. Il était déjà sur scène quand les spectateurs se sont installés, concentré) et Florence Viala également. Sans parler de Dominique Blanc (qui a peu de répliques) que j'ai été très émue de voir à 2 mètres de mon siège  drunken .

Comme tu le dis Annwvyn, une expérience de théâtre forte et prenante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ju
Gone With The Books
Ju

Nombre de messages : 10941
Age : 28
Localisation : In the Tardis, with Ten
Date d'inscription : 15/05/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Ven 27 Oct 2017 - 8:23

Merci pour ton avis Tatiana Smile
Déjà un an que j'y suis allée, mais contrairement à d'autres pièces que j'oublie vite, je le souviens plutôt bien de celle ci qui est extrêmement bien jouée et marquante !
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Ven 27 Oct 2017 - 9:25

Aaaah je suis tellement heureuse que tu aies aimé cette pièce Tatiana ! Une franche réussite pour la Comédie française, d'autant qu'apparemment les comédiens n'étaient pas du tout enthousiastes à l'idée d'évoluer en improvisation à partir du texte. Laughing

C'est amusant que le topic de Tchekhov remonte aujourd'hui, j'attaque justement sa biographie par Virgil Tanase, achetée depuis un petit moment déjà. Smile J'aimerais la finir avant d'aller à l'Odéon début novembre pour voir une nouvelle mise en scène des Trois soeurs par le metteur en scène Simon Stone.
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Tatiana
A view from the past
Tatiana

Nombre de messages : 10894
Age : 34
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Ven 27 Oct 2017 - 19:13


Bonne lecture Annwvyn, je suis d'autant plus intéressée par ton avis que cette biographie patiente sur mes étagères.

Spectacle saisissant et marquant, oui. J'ai écouté les critiques de "La Dispute" et du "Masque et la Plume" de l'an dernier. Tous saluent la performance des comédiens, et certains se disent gênés par les anachronismes qui ponctuent la pièce (entre autres, les références cinématographiques et la projection d'extraits d'un film). Je n'ai pas trouvé qu'ils desservent la pièce, au contraire, en plus d'être discrets ils accentuent la proximité du propos avec les spectateurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
cat47

Nombre de messages : 24115
Age : 62
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Mar 6 Nov 2018 - 15:11

A ma grande honte, je n'ai jamais lu Tchekov ni vu une des ses pièces, mais j'ai toujours eu envie de lire La Mouette, sans même savoir pourquoi (je crois que c'est juste le titre qui me plaît). Donc quand j'ai vu dans l'avion qu'était sortie récemment une adaptation de la pièce avec Saoirse Ronan, Elisabeth Moss et Annette Bening, je me suis dit que c'était la bonne occasion.

J'ai bien fait car ce film m'a beaucoup plu. Les protagonistes principaux sont des artistes, confirmés pour les plus âgés, et en devenir pour les plus jeunes, deux auteurs et deux actrices. L'histoire met donc en scène des rivalités, "professionnelles" mais aussi amoureuses, dans une sorte  de ronde aussi délicate que perverse. Masha aime Konstantin, qui aime Nina, qui aime Boris, lequel est aimé par Irina qui se trouve être la mère de Boris et dont Nina, la Mouette, est à double  ou même triple titre la rivale, en tant qu'actrice débutante, inspiratrice de Boris et
Spoiler:
 
Saoirse Ronan, toujours aussi fine, retrouve ici son partenaire de On Chesil Beach, pour le plus grand plaisir de nos yeux (très beau costumes et paysages) et un moment de réflexion sur la relation entre apprentissage, création, inspiration et émotions, ainsi que sur le passage du temps. Je recommande.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Mer 7 Nov 2018 - 10:58

Merci d'avoir partagé ton avis sur ce film, Cat, que je n'ai pas encore eu l'occasion de voir.

La Mouette n'est pas ma pièce préférée de Tchekhov, sans doute parce qu'elle a un côté "théâtre dans le théâtre" que je trouve artificiel. Il faut dire que j'en ai vu deux mises en scène (une où l'actrice principale était mauvaise, au point que je me suis sentie gênée pour elle), et l'autre vue à moitié, qui m'a complètement fait sortir de la délicatesse tchekhovienne (décor de goudron, acteurs à la diction volontairement lente Laughing). Mais c'est une des pièces qui doit le plus attirer les réalisateurs : je crois que le film français La petite Lili en est par exemple une réécriture moderne. Wink

Si en tout cas ce film t'a donné envie de découvrir cet auteur, qui est mon préféré, alors c'est une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
Juliette2a

Nombre de messages : 16943
Age : 22
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Sam 10 Nov 2018 - 18:46

Merci pour ton avis sur le film, Cat ! cheers J'ignorais que La Mouette avait été adaptée ! Voilà une bonne occasion de lire la pièce et visionner le film Razz
Revenir en haut Aller en bas
Elianor
Eclectic spirit
Elianor

Nombre de messages : 4268
Localisation : Ici ou là-bas, un livre dans les mains...
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Mer 2 Jan 2019 - 12:23

J’ai lu Les Trois Sœurs et j’ai bien aimé !  cheers Au début de ma lecture j’ai eu un peu de mal à me plonger dedans, moi qui suis plutôt habituée au théâtre classique en vers (c’est là aussi où j’ai vraiment pris conscience de mes grandes lacunes en pièces de théâtre  Rolling Eyes ), mais j’ai fini par vraiment me plonger dans la pièce avec l’impression d’être moi aussi parmi le groupe de personnages. J’ai sans doute eu cette impression car l’écriture est très naturelle, simple et proche des conversations que l’on pourrait avoir. Il y a aussi beaucoup de références à des œuvres de la littérature russe, à côté desquelles je serais sans doute passée sans me retourner s’il n’y avait pas eu des notes (merci les traducteurs   ), mais que les spectateurs /lecteurs de l’époque devaient parfaitement comprendre.

J'ai bien aimé les personnages des trois sœurs, qui ont chacune un caractère bien différent, mais qui sont très touchantes chacune à leur manière.  I love you

Au niveau de l’intrigue, j’ai plus eu l’impression d’un enchainement d’instantanés photographiques sur un groupe donné que d’une véritable histoire. Un peu comme si on avait accès à seulement quelques instants sur la chronologie de la vie des personnages. J’ai trouvé cela très intéressant parce que l’on s’aperçoit bien que, malgré le temps qui passe et l’évolution des aspirations des personnages, ceux-ci semblent trop englués pour pouvoir agir.  No  À chaque nouvel acte, on a l’impression de tomber sur un moment décisif, il y a une sorte d’excitation générale puis tout retombe comme un soufflé. C’est une vision très mélancolique et assez désespérante de la vie, mais cela correspond aussi, je pense, aux visions de l’époque (fin XIXe-début XXe). Malgré tout, je serais curieuse de savoir si Tchekhov envisageait vraiment la vie comme cela. Par contre, et c’est sans doute mon côté optimiste qui parle, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup plus d’espoir dans la fin que dans le reste de la pièce, comme si cette fin marquait un renouveau. sunny

En tout cas, merci à la copine lambtonnienne qui m'a offert ce livre et qui m'a permis cette belle découverte !
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
Juliette2a

Nombre de messages : 16943
Age : 22
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Jeu 3 Jan 2019 - 18:47

Merci pour ton avis, Elianor ! Je te rejoins sur Les Trois Sœurs
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
Annwvyn

Nombre de messages : 6621
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Sam 5 Jan 2019 - 23:02

Elianor, je suis très heureuse que tu aies aimé ta lecture des Trois soeurs. cheers

Je pense que c'est assez naturel d'avoir du mal à entrer dedans. Il y a toujours beaucoup de personnages dans les pièces de Tchekhov, et qui badinent beaucoup (comme tu l'as remarqué, ce sont surtout des tranches de vie, plus qu'une intrigue avec des péripéties et un dénouement). Si on ajoute à ça tous les noms russes, il y a effectivement de quoi perdre la tête ! Smile

Pour répondre à ta question, je pense que Tchekhov voyait la vie comme ça. Beaucoup de mélancolie, mais sans doute aussi un tout petit peu d'espoir (ce qui explique sans doute qu'il ne soit pas suicidé Rolling Eyes). Je crois me souvenir qu'il s'identifiait à Irina des Trois soeurs, en particulier lorsqu'elle dit "Mon coeur est comme un piano précieux, fermé à double tour, et dont on aurait perdu la clé". Je crois que c'était le drame de la vie de Tchekhov : de n'avoir jamais aimé personne. Certaines pièces de Tchekhov sont un peu plus désespérées ceci dit (Ivanov, en tout cas dans la mise en scène que nous avions vue entre lambtoniennes). Mais généralement, je trouve toujours chez cet auteur cet étrange mélange entre joie forcée, et touche de douceur qui apaise les cœurs.

J'ai été très intéressée de lire ton analyse sur l'engluage des personnages, et sur la construction que tu as perçue (excitation, puis retombée). Je n'ai jamais eu le recul nécessaire pour percevoir cela, mais je pense en effet que tu as raison ! Tchekhov aborde la question de l'ennui de la vie dans toutes ses pièces, et ses personnages ne trouvent jamais vraiment leur place. Cela m'avait frappée quand j'avais vu la pièce Les estivants, de Gorki, qui a écrit un peu après Tchekhov. Cette pièce reprenait le cadre (pièce chorale dans la campagne russe), mais en y apportant un engagement politique social nouveau... qui bouleversait la conclusion, et venait apporter espoir et action.

N'hésite pas à poursuivre ta lecture de l'auteur, il a en particulier écrit des nouvelles qui sont très jolies, très délicates. Smile Le film français Anton Tchekhov 1890 était très intéressant également. Et je sais qu'il y a aussi son compte rendu de voyage au bagne de Sakkhaline, que j'ai dans ma bibliothèque mais n'ai pas encore lu. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Elianor
Eclectic spirit
Elianor

Nombre de messages : 4268
Localisation : Ici ou là-bas, un livre dans les mains...
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   Dim 6 Jan 2019 - 19:33

Merci pour ta réponse Annwvyn  

Annwvyn a écrit:

Pour répondre à ta question, je pense que Tchekhov voyait la vie comme ça. Beaucoup de mélancolie, mais sans doute aussi un tout petit peu d'espoir (ce qui explique sans doute qu'il ne soit pas suicidé Rolling Eyes). Je crois me souvenir qu'il s'identifiait à Irina des Trois soeurs, en particulier lorsqu'elle dit "Mon coeur est comme un piano précieux, fermé à double tour, et dont on aurait perdu la clé". Je crois que c'était le drame de la vie de Tchekhov : de n'avoir jamais aimé personne.
Quelle tristesse d'avoir cette vision de la vie et de soi-même...  No

Annwvyn a écrit:
N'hésite pas à poursuivre ta lecture de l'auteur, il a en particulier écrit des nouvelles qui sont très jolies, très délicates. Smile Le film français Anton Tchekhov 1890 était très intéressant également. Et je sais qu'il y a aussi son compte rendu de voyage au bagne de Sakkhaline, que j'ai dans ma bibliothèque mais n'ai pas encore lu. Laughing
J'avais bien l'intention de poursuivre ma découverte avec d'autres œuvres, mais je ne sais pas trop encore quoi. Des nouvelles, pourquoi pas, le film a l'air intéressant également. Par contre, je ne suis que moyennement attirée par la lecture de son récit de voyage Rolling Eyes Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anton Tchekhov, un Pouchkine en prose
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Tchekhov, Anton] La Mouette
» [Tchekhov, Anton] La dame au petit chien et autres nouvelles
» Anton Pavlovitch Tchékhov
» [Pennac, Daniel] La petite marchande de prose
» Petits poèmes en prose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs russes-
Sauter vers: