Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel

Aller en bas 
+3
Panda
Eledhwen
Marian
7 participants
AuteurMessage
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 18:36

Alors qu'un temps les séries étaient considérés comme les produits B du monde de l'audiovisuel, et étaient assez méprisées par beaucoup de "véritables" réalisateurs (=>grands réalisateurs du cinéma), la donne a certainement changée depuis voilà maintenant un peu moins deux ou trois ans. Certes, le phénomène "séries" n'est pas nouveau - et vous l'aurez sûrement remarqué, dans les magasins les rayons de DVD consacrés aux séries s’allongent et s’allongent encore… - mais à présent, oh surprise ! les réalisateurs du cinéma s'y intéressent de près, très près, au point que certains ont même déclaré vouloir définitivement se convertir dans ce domaine qui offrent de leur point de vue, plus de liberté. En effet, dans le monde de l'audiovisuel, la production des séries télévisées est sans doute une des plus libres. Bien plus libre que le cinéma de nos jours, elle offre des possibilités que l'on retrouvait, il y a une cinquantaine d'années dans le cinéma, après l'abolition du code Hays. Et tandis qu'au cinéma les oeuvres (hollywoodiennes ou non) ont tendance à se standardiser, à la télévision (exceptée la télévision française je l'entends, je parle ici plus de la télévision britannique ou américaine), c'est un véritable déferlement d'idées et d'originalité.

Et c'est une réalité cette conversion du cinéma à la télévision. Avant, cela se faisait dans le sens inverse, mais à présent que ce qui passe à la télévision gagne en qualité (encore une fois, désolée, ne le prenez pas mal, je ne parle pas de la France même s'il y a en effet quelques bons programmes ^^"). D'abord parce qu'avec les nouvelles technologies tout devient plus simple et moins coûteux (effets spéciaux, montage, etc.) Ainsi vous avez pu voir de nombreuses nouvelles séries réalisées ou produites par des grands noms du cinéma : Sam Raimi, Ridley Scott... Ca a donné des séries tels que Rome, Les Tudors, The Pillars of the Earth, Legend of the Seeker, et bientôt Les Borgias, qui ont une véritable image cinématographique et dans lesquels jouent justement de nombreux acteurs de cinéma. Ces réalisateurs disent d'ailleurs y prendre un réel plaisir, d'abord en raison de cette liberté dont je parlais, et ensuite parce qu'ils ont la possibilité aussi de développer une histoire sur le long terme, ce qui est véritablement quelque chose... Wink Souvent ces séries sont des mini-séries, mais pas toujours (cf : Rome, Les Tudors, etc.), ce sont des adaptations littéraires ou des épopées historiques (Legend of the Seeker, Les Borgias, etc.), et souvent elles sont en marge d’un budget digne des productions cinématographiques hollywoodiennes (près de 40 millions de dollars pour les huit épisodes de The Pillars of the Earth par exemple). Parfois également, ces cinéastes ne sont là que pour la réalisation ou l'écriture du scénario d'un ou quelques épisodes d'une série déjà existante. Mais toujours est-il que cela attire les professionnels !

De plus, notre intérêt pour les séries est croissant, toutes les stats de programmations TV et achats DVD sont là pour le confirmer. Sans compter tout ce que l'on peut trouver sur le net bien entendu ! Et pour le gratuit me direz-vous ? Et bien la réponse est simple : gratuit et en plus légal, c’est la websérie. Relayées par les forums et blogs de passionnés, les webséries ont même des portails qui recensent et classent dorénavant les épisodes les plus visionnés par la communauté. D'ailleurs, beaucoup ont bâti leur succès ainsi : d'abord diffusées sur le web, des séries tels que Les Têtes à Claques, La Flanders Company ou Le Visiteur du Futur ont fini par être diffusé à la télé.

Ainsi, je suis fortement convaincue que les séries (ou web-séries), présentent l'avenir de l'audiovisuel et vont continuer à avoir de plus en plus de succès.
Revenir en haut Aller en bas
Eledhwen
Ville du Nord...
Eledhwen

Nombre de messages : 731
Age : 33
Localisation : Dans ma forêt-bibliothèque
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 19:37

Euuuh oui... Je sais pas trop où tu veux en venir là... Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 131679

C'est clair que les séries télé connaissent un succès assez foudroyant ces derniers temps, mais ça fait plus de trois ans maintenant, plutôt 10 vu que cette nouvelle vague a été amorcée par des séries comme Les Soprano, Six Feet Under, Desperate Housewives (qui a déjà 7 ans!) etc...

Évidemment il y a du monde qui essaye de comprendre les causes de ce regain de popularité et de qualité, entre les changements des habitudes du public (qui va moins au cinéma mais regarde plus de choses chez lui), le développement d'internet qui permet de découvrir plein de trucs et de regarder des séries qui ne passent pas forcément sur nos chaînes... Il y a des tonnes de facteurs qui rentrent en ligne de compte, mais ça demande une sérieuse analyse...

Je ne sais pas si la télé offre forcément plus de liberté aux réalisateurs, qui sont d'ailleurs loin d'être les figures phares des séries et que l'on a tendance à délaisser pour plutôt mettre les scénaristes en avant, certes les budgets sont plus bas, il y a plus de possibilités d'innover puisque les séries peuvent passer sur différentes chaines et à différentes heures, mais elles doivent quand même rencontrer leur public, et les chaînes ont leur mot à dire. Certes il y a des tonnes d'idées originales, mais aussi beaucoup de redite, de DH-bis, Friends-bis etc... qui veulent profiter de la vague. Et puis ça varie beaucoup d'un contexte culturel à l'autre: au Royaume-Uni la télévision semble effectivement autorisée à prendre un certain nombre de risques et à innover sans cesse, en France c'est très loin d'être le cas, et si on veut avoir un peu de liberté il vaut largement mieux faire un film qu'un téléfilm....

Quant aux "véritables réalisateurs" et "professionnels" (réalisateur à la télévision c'est aussi un métier tu sais, même si on est d'accord que ça ne se voit pas toujours, surtout par chez nous... Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 131679 ) qui s'intéressent à la télé, ça parait assez normal qu'ils aient envie de s'amuser un peu avec ce "nouveau" média, mais je ne sais pas si ça révèle vraiment quelque chose de plus et si ça veut dire qu'ils vont abandonner le cinéma pour la télévision. A moins que tu ais des exemples concrets bien sur!

Bref, je ne sais pas trop où tu vas avec tout cela scratch d'autant plus que ce n'est pas ici que tu vas voir des gens s'insurger si tu dis que "la télé, c'est le bien". Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://journalambulant.hautetfort.com/
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 19:46

Non-non, tu te trompes, je ne veux voir personne s'insurger. Il s'agit d'une des évolutions de notre société, et c'était seulement une constatation et un des derniers messages de nos profs d'ailleurs. Dans ma classe ils veulent tous faire du cinéma (excepté... eh bien moi XD), et du coup, ils nous ont expliqué que l'avenir et la liberté d'expression n'était plus trop dans le cinéma, mais bien dans la télé. Avant, on pouvait s'exprimer au cinéma, faire des films qui nous ressemblent, avoir des idées vraiment originales, mais plus trop maintenant. C'est pour ça que certains cinéastes se convertissent à présent à la production pour les petits écrans. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les séries, téléfilms et autres sont beaucoup moins censurés et cadrés. Wink

Et attention, j'adore le cinéma hein ? J'adorerais d'ailleurs faire un film un de ces jours, un véritable long-métrage, c'es un rêve. Mais c'est de plus en plus difficile et de plus en plus cadré et limité... Bref, on pourrait lancer une problématique : comment libérer le cinéma ? doit-on laisser la télévision prendre le pas sur les projections en salle ?... etc.
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Panda
Un beau geste, j'espère.
Panda

Nombre de messages : 4993
Age : 35
Date d'inscription : 28/11/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 19:54

@Eledhwen a écrit:
d'autant plus que ce n'est pas ici que tu vas voir des gens s'insurger si tu dis que "la télé, c'est le bien". Laughing

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 999779

Je pense que personne ici n'ira critiquer la qualité de ce qui est proposé à la télé (surtout outre-manche). Je ne saurais pas expliquer à quoi ce phénomène est dû (même s'il me semble qu'il y avait eu un début de réponse dans un article qui avait été posté ici, où l'on parlait de la différence entre les séries britannique et les séries françaises).

Je te rejoins aussi quand tu dis que réalisateur télé, c'est un vrai métier. Marian, je suis d'accord sur beaucoup de choses, dans ce que tu dis (créer une série permet de développer une intrigue, une mythologie, des personnages, et c'est très intéressant en cela, encore faut-il que la ligne directrice tienne le coup !), mais je ne suis pas sure que dire que des réalisateurs ou des acteurs du cinéma retournent à la télévision soit un gage de qualité. Bon, à titre individuel, je trouverai ça même presque dommage qu'on ne donne pas leurs chances à des petits nouveaux, car il y a beaucoup d'acteurs télés qui sont très bons (et qui ont ensuite trouvé leur place au cinéma, comme Bruce Willis ou Johnny Depp). Que les différents membres de l'audiovisuel naviguent entre télé et cinéma ne me dérange pas, tant que le projet est solidement ficelé et qu'il en vaille le coup, et que cela n'est pas seulement fait pour « surfer sur la vague ». Certains projets tiendront mieux sur une durée d'1h30/2h00 et d'autres mériteront d'être développé.

Enfin tout ça pour dire que je ne sais pas quel sera le futur de l'audiovisuel mais que si le cinéma et les séries télé continuent de se développer pour proposer de la qualité (encore que, cela dépend des goûts et des couleurs, tout le monde n'attend pas les même qualités et ne trouve pas la qualité au même endroit), moi, je suis contente !

Quant à la censure... je ne peux pas me prononcer, n'étant pas du milieu. Mais je pense que dès qu'un projet devient extrêmement rentable, les personnes deviennent de moins en moins libre. Espérons que si le monde télévisuel est actuellement plus libre que le monde cinématographique, il le restera malgré sa future rentabilité Wink
Revenir en haut Aller en bas
Eledhwen
Ville du Nord...
Eledhwen

Nombre de messages : 731
Age : 33
Localisation : Dans ma forêt-bibliothèque
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 20:10

Je ne suis pas sure que le cinéma actuel offre tellement moins de libertés de s'exprimer qu'avant... Le Hollywood classique, c'était quand même pas très funky! Et il n'y avait pratiquement rien qui permettait de faire des films "indépendants" en marge du système, contrairement à maintenant... Et puis la contrainte pousse parfois à se surpasser, il n'y a qu'à voir les films très personnels qu'ont pu faire des réalisateurs comme Hitchcock ou Fritz Lang (et tant d'autres!) à Hollywood, et les trésors d'invention qu'ils ont développé pour contourner le code Hays. Bref, la télévision semble peut-être offrir un peu plus de libertés que le cinéma en ce moment, mais je ne pense pas que ce dernier soit pour autant dans une impasse.

Après je comprends que votre prof vous ait dit tout ça, c'est vrai que la majorité des étudiants en cinéma veulent devenir réalisateurs, et pour beaucoup d'entre eux c'est parce qu'ils ont encore un peu l'image romantique du réalisateur-artiste qui fait tout ce qu'il veut et se contente de déverser son imagination et ses émotions sur la pellicule Rolling Eyes , mais ce n'est pas vraiment ça, un réalisateur c'est avant tout un chef d'entreprise, on doit bien vous le dire Wink . Et personnellement je trouve ça bien mieux comme ça: faire un film juste pour imposer ses petits délires au monde, bof, en faire un pour diriger plein de gens talentueux qui vont faire de leur mieux chacun dans leur domaine pour raconter une histoire et divertir/faire réfléchir les gens, c'est déjà plus intéressant. Very Happy

edit: d'accord avec Sale Panda, en fait ce qui serait cool ce serait qu'il y ait une belle navigation entre les deux médias (comme cela se fait beaucoup au Royaume-Uni d'ailleurs) et que chacun apporte ce qu'il fait de mieux à l'autre (remerciera-t-on un jour jamais assez la télé pour ados pour Johnny Depp? Cool Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 131679 ), avec un échange aussi dynamique, on aurait forcément des choses supers.
Revenir en haut Aller en bas
http://journalambulant.hautetfort.com/
Zakath Nath
Romancière anglaise
Zakath Nath

Nombre de messages : 4090
Age : 38
Date d'inscription : 04/11/2007

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 20:32

Vous parlez beaucoup de réalisateurs, et finalement assez peu de scénaristes, alors qu'à mon avis, pour les séries télés, c'est surtout eux qui sont à l'origine de cet essor ou de cette reconnaissance. La réalisation est importante à la télévision, évidemment, mais il n'est pas forcément nécessaire de rameuter des grands noms pour avoir de la qualité: on a beaucoup parlé du pilote de Broadwalk Empire réalisé ou du Carlos d'Olivier Assayas, mais combien de séries réalisées par des réalisateurs peu connus et compétents sans forcément être des génies révolutionnaires sont des réussites parce qu'elles sont avant tout, bien écrites? Après, c'est un travail d'équipe et il faut un réalisateur pour mettre en image, et des acteurs pour faire honneur au scenario. Mais bon, le scenario c'est quand même la base, et si on ne part pas avec des bases solides, généralement, le reste s'écroule.

C'est peut-être pour ça que les séries séduisent plus, le fait que le scenario soit au centre du projet, alors qu'au cinéma, mais si on a évidemment toujours de bons scenarii, on a plus tendance à se focaliser sur la réalisation?

En France on a malheureusement pris pas mal de retard, il suffit de voir ce qui a fait son apparition outre-manche et outre-atlantique dans les années 90 (X-Files, Absolutly Fabulous, Friends...) et chez nous à la même époque. Je pense notamment que les productions AB ont fait pas mal de dégâts sur la vision des sitcom chez nous (et dire que la bande d'Hélène et les Garçons va faire son retour bientôt Rolling Eyes ).

_________________
Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Rothsteinsig
Revenir en haut Aller en bas
http://zakath-nath.joueb.com
Panda
Un beau geste, j'espère.
Panda

Nombre de messages : 4993
Age : 35
Date d'inscription : 28/11/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 20:41

@Zakath Nath a écrit:
Vous parlez beaucoup de réalisateurs, et finalement assez peu de scénaristes, alors qu'à mon avis, pour les séries télés, c'est surtout eux qui sont à l'origine de cet essor ou de cette reconnaissance.

C'est vrai que j'ai oublié de le souligner, mais il est évident que les scénaristes ont un rôle très important, c'est ce que j'avais sous-entendus lorsque je parlais de ligne directrice qui valait le coup ou de projets dont la teneur serait plus approprié pour un format film ou pour un format série (avec une mythologie et des scénarios développés). Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 21:18

Sale Panda a écrit:
Quant à la censure... je ne peux pas me prononcer, n'étant pas du milieu. Mais je pense que dès qu'un projet devient extrêmement rentable, les personnes deviennent de moins en moins libre. Espérons que si le monde télévisuel est actuellement plus libre que le monde cinématographique, il le restera malgré sa future rentabilité Wink
Voilà un élément de réponse qui m'intéresse car c'est aussi ce qui m'inquiète. Le fait de "déserter" ainsi le cinéma se constate apparemment depuis quelques années, principalement aux States. Il faut dire que les réalisateurs (et scénaristes) dans ce milieu sont assez mécontents des lignes trop directrices et des carcans dans lesquels ils sont obligés de rentrer pour pouvoir réussir à produire et ensuite distribuer leur film. D'où l’essor de nombreux films que beaucoup critiquent en mal et qualifient de clichés hollywoodiens ou autres. D'où également le fait que beaucoup critiquent en mal des succès comme celui d'Avatar ou d'Inception par exemple. Car il faut savoir que le monde de l'audiovisuel outre-atlantique ne fonctionne pas du tout pareil qu'en Europe, et surtout en France où est privilégié le cinéma d'auteur. A une époque (celle dont je vous parlais précédemment), les professionnels avaient une réelle liberté et les productions n'hésitaient pas à prendre un peu de tout. On avait donc des créations véritablement hétéroclites et originales, et des styles très marqués. A présent, tout le monde ou presque a les possibilités techniques de pouvoir faire un film (d'où les web-séries ou web-films qui fleurissent sur le net, mais également l'apparition de festivals tels que le festival du film de téléphone portable). Du coup, les producteurs auront des critères très précis sur ce qu'ils attendent, allant jusqu'à mettre à mal la liberté du réalisateur de choisir son scénario, ses acteurs, etc. Là-bas on peut commander des films à des réalisateurs, et cela se fait bien plus souvent qu'en France. Vous seriez étonnés du nombre de films qui ont été ainsi commandé... ^^"

Hors, quand on fait un tel métier, c'est pour la passion. Et on ne peut se réaliser, on ne peut s'épanouir, que si on nous laisse une certaine liberté dans cette création. Beaucoup de réalisateurs se sont d'ailleurs un peu résignés à perdre leur "style", ce qui faisait leur "patte". Par exemple, pour en prendre un je citerais David Cronemberg par exemple, réalisateur de Videodrome, Dead Zone, La Mouche, Crash, eXistenZ, et plus récemment A History of Violence. Ses films sont désormais plus normalisés, pas aussi organiques qu'à une certaine époque, et ne se distinguent pas vraiment de films qui auraient pu être réalisés par d'autres. Je ne dis pas que le cinéma d'auteur est forcément le meilleur (il n'y a qu'à voir la plupart des réalisations françaises pour s'en rendre compte), mais c'est vrai que c'est bien dommage qu'il n'y ait plus trop cette même diversité qu'il y a quelques années... Surtout alors que les techniques se développent de plus en plus.

@Eledhwen a écrit:
JEt personnellement je trouve ça bien mieux comme ça: faire un film juste pour imposer ses petits délires au monde, bof, en faire un pour diriger plein de gens talentueux qui vont faire de leur mieux chacun dans leur domaine pour raconter une histoire et divertir/faire réfléchir les gens, c'est déjà plus intéressant. Very Happy
Tout à fait !!! C'est exactement pour ça que je veux faire ça. Mais avant, je souhaite être une technicienne accomplie, d'abord en montage, puis peut-être ensuite dans d'autres domaines. Je ne penserais sans doute qu'à une véritablement réalisation que beaucoup plus tard, lorsque j'aurais emmagasiné suffisamment d'expérience pour diriger toutes ces personnes talentueuses. Savoir faire du théâtre, jouer et passer derrière la caméra est également indispensable !! Sinon comment peut-on bien mettre en scène et savoir diriger ses acteurs ? D'ailleurs il en est de même pour la technique, et pas seulement dans la fiction mais également dans le documentaire, le reportage, etc. Le problème apparemment en France (et j'ai des formateurs en première ligne puisque ce sont des techniciens, producteurs, etc.), c'est que dans la majorité des cas, les réalisateurs sont des fils à papa qui n'ont pas fait d'études à ce niveau, ou seulement alors une fac de cinéma. Ce n'est pas avec ça que l'on peut être un bon réalisateur !! Il est essentiel d'en savoir beaucoup sur la technique actuelle. Malheureusement, les techniciens français semblent trop souvent pèter un câble parce qu'on leur ditpar exemple "Allez vas-y, fait moi un joli cadre !" Shocked Surprised Mad C'est assez consternant quand même !! Mais sans aller bien loin, outre-Manche, c'est complètement différent. La plupart du temps les réa et même les scénaristes ont aussi été techniciens et connaissent très bien le fonctionnement d'un tournage aussi bien que celui de la pré-prod ou de la post-prod. Je ne dénigrerais pas non plus le principe français du cinéma d'auteur, mais je trouve ça dommage que l'on puisse se qualifier d'artiste lorsque l'on est pas aussi un peu technicien. Les lumières, la bande-son, les bruitages, la prise de vue, etc. c'est aussi tout ça une création audiovisuelle. Tout le travail du véritable artiste dans ce domaine est justement de prendre tout ça en compte.

Et on n'est pas obligé d'avoir fait un tas d'études dans ce domaine parfois, il suffit juste de s'y intéresser de près. Je prendrais comme exemple ces nombreuses web-séries dont je vous parlais plus tôt, et dont certaines sont parfois d'une qualité bien supérieure à un grand nombre de productions plus officielles et à toutes ces séries que l'on voit à la télé. Smile

Pareil, il y a scénariste et scénariste. Si le scénariste s'y connaît un peu en gestion de production,t fait les calculs et prend en compte un tas de choses dans son scénario, en plus d'écrire brillamment et d'avoir une histoire et une intrigue vraiment intéressantes à raconter, il a toutes les chances d'avoir un scénario vraiment génial ! Et oui, ce n'est pas évident. Tout le monde peut écrire un scénario, mais souvent soit à la fin il sera complètement changé (cf: problème humouristiquement développé d'ailleurs dans Love and other disasters), soit il y a une véritable conscience derrière qui impliquent de réelles connaissances en matière technique, en matière de réalisation et d'un point de vue financier, donc des études ou une sacré expérience. Et bien bien souvent, les études ne suffisent pas. D'ailleurs les études cinématographiques, c'est nouveau. Avant ça n'existait pas, on apprenait sur le tas. Wink

Pour revenir aux séries, oui, c'est le pied d'un point de vue scénaristique car c'est une véritable aventure dans laquelle on se lance. Souvent, on ne sait pas comment ça va finir, et on peut ainsi découvrir et développer les personnages au fur et à mesure. Malheureusement, des menaces existent, notamment le risque de "jump in the shark" au bout d'un certain temps, qui impliquera la plupart du temps une chute des audiences et finira par une annulation de la série. On le remarque souvent : une série connaît son apogée, puis diminue en qualité avant d'entamer une chute inexorable. Il semblerait que par contre, certaines séries soient miraculeusement au bout de neuf ou dix saisons au meilleur de leur forme et toujours montantes, donc ce n'est qu'une généralité bien entendu. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8847
Age : 44
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 21:31

Zakath, je suis d'accord avec toi, pour les scénaristes.
Mais en France, à la télévision, ce n'est pas toujours un métier mis en avant non plus...
Et puis, historiquement, le fonctionnement du cinéma et de la télévision n'est pas le même en France et aux USA (et je en parle pas de l'Angleterre, où acteurs et réalisateurs passent allégrement d'un genre à l'autre) study

Aux Etats-unis, après la chute des Studio et l'émergence du circuit indépendant, le cinéma se retrouve désormais divisé entre des films à gros budget formatés, produite par les grande société d'Hollywood et un cinéma indépendant qui est de plus en plus renfermé sur son circuit... et parfois, une étincelle.

En France, le cinéma est considéré comme un art, principalement... ça change beaucoup le rapport à la création. Mais surtout, et en cela je peux le comparer avec le paysage du cinéma italien, c'est un cinéma très soutenu. Les aides sont trouvables. Pour reprendre ce qu'avait dit un jour Vincent Cassel, qui peut bien voir la différence de structure entre US et France, en France, il est finalement facile de faire un premier film... (après pour le deuxième lol! ).
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Dune
Silver Screen Addict
Dune

Nombre de messages : 3771
Age : 31
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 21:49

Je ne souhaite pas intervenir dans ce débat car mes connaissances en la matière sont bien insuffisantes, mais je voudrai juste réagir à quelques unes de tes remarques Marian.

@Marian a écrit:
Hors, quand on fait un tel métier, c'est pour la passion. Et on ne peut se réaliser, on ne peut s'épanouir, que si on nous laisse une certaine liberté dans cette création. Beaucoup de réalisateurs se sont d'ailleurs un peu résignés à perdre leur "style", ce qui faisait leur "patte". Par exemple, pour en prendre un je citerais David Cronemberg par exemple, réalisateur de Videodrome, Dead Zone, La Mouche, Crash, eXistenZ, et plus récemment A History of Violence. Ses films sont désormais plus normalisés, pas aussi organiques qu'à une certaine époque, et ne se distinguent pas vraiment de films qui auraient pu être réalisés par d'autres.
Je ne suis pas certaine que David Cronenberg soit le meilleur exemple que tu puisses donner. D'accord ses derniers films sont peu être moins "organiques" comme tu dis (pour ma part je disais dégoutants...parce que la Mouche, ExistenZ, j'ai bien aimé, mais c'est pas très ragoutant quand même ...), mais je ne peux pas laisser dire que ce sont des films "normalisés" ! Bien au contraire !! Il faut oser pour faire des films tels que History of Violence ou Les Promesses de l'ombre (ce dernier étant un chef d'œuvre pour moi), qui traitent de thème loin d'être tout publics. Je n'arrive pas trop bien à exprimer ce que je veux dire, mais je pense que cette exemple ne convient tout simplement pas.



@Marian a écrit:
Je ne dis pas que le cinéma d'auteur est forcément le meilleur (il n'y a qu'à voir la plupart des réalisations françaises pour s'en rendre compte),
J'ai l'impression que tu as une dent contre ce qui est français, que ce soit au niveau des séries comme du cinéma. Je ne vois pas en quoi les films d'auteurs français sont tellement mauvais. J'en vois beaucoup, et la plupart ne sont pas du tout nuls. Il y a de tout bien sur, mais je ne peux pas te laisser faire une telle généralité ! Ce n'est pas pour rien que le festival de Cannes a lieu en France Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://artdistrict-radio.com/
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 21:53

@Kusanagi a écrit:
Mais en France, à la télévision, ce n'est pas toujours un métier mis en avant non plus...
Et puis, historiquement, le fonctionnement du cinéma et de la télévision n'est pas le même en France et aux USA (et je en parle pas de l'Angleterre, où acteurs et réalisateurs passent allégrement d'un genre à l'autre) study
Tout à fait, et d'ailleurs :
@Marian a écrit:
Car il faut savoir que le monde de l'audiovisuel outre-atlantique ne fonctionne pas du tout pareil qu'en Europe, et surtout en France où est privilégié le cinéma d'auteur.
@Kusanagi a écrit:
Aux Etats-unis, après la chute des Studio et l'émergence du circuit indépendant, le cinéma se retrouve désormais divisé entre des films à gros budget formatés, produite par les grande société d'Hollywood et un cinéma indépendant qui est de plus en plus renfermé sur son circuit... et parfois, une étincelle.
Le cinéma underground notamment est malheureusement presque en chute libre là-bas en ce moment. Après il y a toujours le net, mais ce n'est pas pareil... Mais effectivement, lorsqu'il y a cette petit "étincelle" comme tu l'appelles, cela fait du bien. Même si encore une fois je reste persuadée que "cinéma d'auteur" ne signifie certainement pas cinéma de qualité.

@Kusanagi a écrit:
Pour reprendre ce qu'avait dit un jour Vincent Cassel, qui peut bien voir la différence de structure entre US et France, en France, il est finalement facile de faire un premier film... (après pour le deuxième lol! ).
Bonne citation. En effet, c'est tout à fait ça malheureusement. Et même si on a une grande partie de fonds publiques et de nombreuses aides apporter à la production cinématographique en France, ainsi que de très nombreux festivals de l'audiovisuel, cela ne signifie pas que l'on arrivera à faire plusieurs films et gagner sa vie en tant que scénariste ou réalisateur... :S

Le cinéma italien : Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 999779 Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 150390
Un cinéma dont on entend pourtant si peu parler de ce côté de l'Europe, et même en Irlande et en Angleterre, c’est dommage.. Sad

Après, pour revenir aux différents systèmes, avec les prises dont on parle depuis quelques temps, il n'est pas impossible que la France se retourne vers un modèle plus proche du modèle américain au final, avec de grandes maisons de production, des commandes, des actionnaires, etc. Après, quand à savoir si la production française en pâtira ou si au contraire cela lui permettra de s'améliorer et de faire des films plus conformes aux goûts et aux attentes du public... c'est autre chose. Et il ne faut pas jeter la pierre sur le fait de vouloir plaire à une majorité, au contraire, je trouve cela important, et cela n'empêche pas l'originalité (sauf si on a un esprit vraiment tordu et bizarre, et que l'on est trop excentrique pour que les spectateurs puissent nous suivre...). Claude Lelouch disait d'ailleurs (désolé, je vous le fais en anglais puisque je n'ai sous la main que l'interview en anglais, mais je traduirais plus tard si vous souhaitez avoir une traduction Wink) : "I hope my films are commercial in the sense of appealing to a mass audience. To make commercial films is to make popular films. I believe that cinema is a popular art which adresses itself to everyone, so obviously I want to make films which please everybody. It's impossible to do that, but I prefer to try to please a mass audience rather than a minority."

Même si je ne suis pas forcément fan de ces films, je ne peux que plussoyé ce qu'il dit, car c'est ce que je souhaiterais aussi : non pas m'adresser à une élite ou à un public restreint, une minorité spécifique, mais à tout le monde, et ce même si je sais que tout le monde n'aimera pas... J'admire d'ailleurs beaucoup cet homme qui a cadré lui-même, caméra à l'épaule, la totalité (ou presque) de ses films, et qui est un véritable technicien.

@Dune a écrit:
ses derniers films sont peu être moins "organiques" comme tu dis (pour ma part je disais dégoutants...parce que la Mouche, ExistenZ, j'ai bien aimé, mais c'est pas très ragoutant quand même ...), mais je ne peux pas laisser dire que ce sont des films "normalisés" ! Bien au contraire !! Il faut oser pour faire des films tels que History of Violence ou Les Promesses de l'ombre (ce dernier étant un chef d'œuvre pour moi), qui traitent de thème loin d'être tout publics. Je n'arrive pas trop bien à exprimer ce que je veux dire, mais je pense que cette exemple ne convient tout simplement pas.
Attention, je n'ai absolumment pas dit que ses derniers films étaient moins bien !!! Au contraire !! Je ne suis pas un fan de Cronemberg ou de ses premiers films (Shiver, Rage, et) qui sont d'ailleurs plus des films séries B qu'autre chose. Il le dit lui-même dans ses interviews, mais c'étaient ses premiers et ils n'en rougit pas, il en conserve une réelle fierté, parce qu'ils avaient clairement une véritable originalité ! Certes, ces derniers films ont également une originalité, mais non, désolée, ils rentrent certainement plus dans les critères des productions américaines de nos jours, et ce n'est absolument pas du cinéma underground. Et je suis certaine qu'il s'est amélioré, avec l'expérience, et que des films comme Les Promesses de l'Ombre doivent être quelque chose, je me suis d'ailleurs promis de le regarder bientôt (j'ai vu A History of Violence par contre et je n'ai pas aimé). Ce que je veux dire c'est qu'à une époque, Cronemberg était connu pour être LE cinéaste du corps, et à présent, on ne peut plus trop dire ça, ce qui ne veut pas dire encore une fois que ses derniers films sont moins bien !! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Dune
Silver Screen Addict
Dune

Nombre de messages : 3771
Age : 31
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 22:06

@Marian a écrit:
Attention, je n'ai absolumment pas dit que ses derniers films étaient moins bien !!!
Mais je n'ai pas non plus dis ça ! J'ai très bien compris ce que tu as dis, mais je ne pense pas que ce soit totalement vrai.

@Marian a écrit:
Ce que je veux dire c'est qu'à une époque, Cronemberg était connu pour être LE cinéaste du corps, et à présent, on ne peut plus trop dire ça,
Je n'ai que deux choses à dire : un hammam et Viggo Mortensen. Ce n'est pas le même aspect du corps que dans ses films précédant, mais tout de même Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://artdistrict-radio.com/
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8847
Age : 44
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 22:19

@Marian a écrit:
Le cinéma italien : Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 999779 Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 150390
Un cinéma dont on entend pourtant si peu parler de ce côté de l'Europe, et même en Irlande et en Angleterre, c’est dommage.. Sad

Attends, tu te moques de moi, là? affraid

On entends pas parler du cinéma italien????

Pardon, je me modère...
Je pense au contraire que le cinéma italien a été très bien exporté pendant ses heures de gloire, comme le néo-réalisme, ou encore dans les années 70-80, avec Sergio Leone, ou encore i gialli de Mario Bava. C'est un cinéma qui a pas mal influencé le cinéma américains, en particulier au travers des réalisateurs italo-américains (qui forment quand même une bonne équipe.. Coppola, Scorsese, De Palma...). je ne peux que te conseiller la master-class de Martin Scorses d'ailleurs sur le cinéma italien et lui, Mon voyage en Italie.

ensuite, désolée pour lui, mais le cinéma italien est sinistré.. et il est la preuve de ce que donne réellement un cinéma soumis à des décisions économiques, soumis à une entreprise dont le but premier est le divertissement (au cas où, en Italie, c'est Mediaset qui a la plus grosse part de l'industrie télé.. et cinéma... oui, la société de Berlusconi). Alors bien sûr, il y a de très bons films qui sont sorti dernièrement en Italie, beaucoup à consonance politique, mais produire et réaliser ces films n'a pas été facile.

Maintenant, je ne suis pas vraiment sûre d'être pour un système à l'américaine... mais avant tout, je voudrais te poser uen question: qu'est-ce que tu pense de Luc Besson et de sa société de production, Europa Corp. ?
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Panda
Un beau geste, j'espère.
Panda

Nombre de messages : 4993
Age : 35
Date d'inscription : 28/11/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 22:22

Moi je vais poser une question très bête car je n'ai vu que ExistenZ et que du coup, le cinéma de Cronenberg, je ne connais pas vraiment mais : a-t-il arrêté de faire du cinéma très « organique » (ou dégoutant, c'est selon lol!) parce que les studios râlaient et lui donnaient des limites ou parce qu'il en avait fait plus ou moins le tour et a décidé de parler « d'autre chose » ?

Je n'ai lu aucune interview sur le sujet, donc c'est vraiment une question naïve, mais je pense que pour bien suivre le débat, il faut que j'arrive à distinguer l'évolution dans le travail (et je pense qu'évoluer dans son travail, c'est bien, même si par la suite on ne correspond plus aux attentes d'une partie des ses premiers fans) des carcans dans lesquels les personnes peuvent se retrouver à cause des studios & co. Car s'il s'agit d'une évolution personnelle, il n'y a pas à parler de liberté. Mais s'il s'agit de limites, c'est vrai que c'est dommage (même si comme la souligner Eledhwen, ça peut permettre de se surpasser pour déjouer ces limites).
Revenir en haut Aller en bas
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 22:31

J'aurais du rester à organique et intérieur de corps alors.
Mais ne t'en fait pas, tu n'as pas plus raison que moi, on a chacun notre point de vue, c'est ça qui est cool. J'avoue que je suis peut-être un peu influencé par mon cours de DLA parce qu'on est justement en train de l'étudier. Cependant, il me semble aussi qu'il le dit lui même dans un de ses interviews que j'avais visionné... Il faudrait que je la retrouve. scratch C'était un interview sur laquelle justement il revenait sur ses premières créations Shivers, Rage, etc. Il y disait même qu'à un festival ou une conférence de je ne sais plus trop quoi en Allemagne, à un moment donné, un jeune homme (sans doute étudiant en cinéma), s'était levé et s'était écrié que pour Shivers, il avait tout pompé sur Alien. Le festival avait eu lieu plusieurs années après les films Alien, dans les années 2000 il me semble. Alors amusé, il avait souri et avait expliqué à son interlocuteur qui son film était sorti bien avant le premier film d'Alien, et que si quelqu'un devait avoir "pomper", c'était sans doute Ridley Scott. Et c'est vrai que les ressemblances sont assez terrifiantes entre les deux films... Sauf que celui de Cronenberg se passe bien sur Terre et non dans l'espace, et pas dans le futur, ce qui dans un sens, paraît même plus terrifiant...

@ Kusa : Je n'ai pas dit que l'on n'en entendait pas parler, mais pas assez pour ce qu'il vaut de mon point de vue. Ne t'en fait pas, je ne connais bien sûr pas assez bien le cinéma italien pour en parler, mais tous les films italiens que j'ai vu étaient de très beaux films. Aussi, même si je ne peux bien évidemment pas en faire un généralité, je n'ai que des bons souvenirs du cinéma italien (ce que je ne pourrais pas dire du cinéma espagnol, allemand ou français par exemple), et il n'y en a pas tant que ça à l'affiche par ici... Parmi ces films que j'ai vu, il y en a quelques uns que tu as du toi aussi sans doute beaucoup aimer : La vita è bella, Cinema Paradisio... Par contre à ma grande honte, je n'ai pas encore eu l'occasion de voir du Sergio Leone (et ses fameux westerns spaghetti XD) ou du Martin Scorsese (je dois vraiment regarder Shutter Island, mais à présent Mon voyage en Italie est dans ma PAV ^^"). J'aime bien aussi Bernardo Bertolucci. Smile

Sale Panda a écrit:
Moi je vais poser une question très bête car je n'ai vu que ExistenZ et que du coup, le cinéma de Cronenberg, je ne connais pas vraiment mais : a-t-il arrêté de faire du cinéma très « organique » (ou dégoutant, c'est selon lol!) parce que les studios râlaient et lui donnaient des limites ou parce qu'il en avait fait plus ou moins le tour et a décidé de parler « d'autre chose » ?
Non, de ce qu'il dit, il y avait aussi sans doute beaucoup de : il a vieilli, et il ne pouvait donc plus trop faire les même choses que quand il était jeune. Et peut-être aussi qu'il avait envie de faire autre chose, peut-être que les studios ont râlé, etc. on ne saura jamais vraiment de toute façon. Very Happy

@Kusanagi a écrit:
Maintenant, je ne suis pas vraiment sûre d'être pour un système à l'américaine... mais avant tout, je voudrais te poser uen question: qu'est-ce que tu pense de Luc Besson et de sa société de production, Europa Corp. ?
Je ne suis ni pour ni contre un système à l'américaine, je suis pour un système plus libre, mais avec plus de professionnalisme et de technicité que le cinéma d'auteur français, bref, pour un modèle un peu semblable à celui du cinéma hollywoodien à son âge d'or je crois. Mais je suis bien trop jeune, inexpérimentée et inculte pour que de telles pensées ou critiques puissent avoir une réelle valeur... Si seulement j'étais déjà plus cultivée dans ce domaine... ^^"

En ce qui concerne Luc Besson... Comme Bertolucci et de nombreux autres réalisateurs de nationalité européenne qui sont soit devenus des réalisateurs "américains" soit des réalisateurs "américainisés" une fois rentrées au pays, il reprend beaucoup du modèle américain justement. Je n'ai rien contre Europacorp, et il a fait de très bons films (même si je préférais sans doute ceux qu'il faisait à une certaine époque : Le Grand Bleu, Léon, etc.). Je ne pourrais, encore une fois, pas trop en dire plus, mais ce que je constate, c'est que d'un point de vue financier ça marche, d'un point de vue commercial, ça marche, et que le public apprécie. C'est tout ce qui compte, non ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8847
Age : 44
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 23:20

Sauf que Besson ne produit pas que des films commerciaux et pas qu'en France. C'est grâce à lui que i love you Philipp Morris a pu être produit, mais aussi Trois enterrements de Tomy Lee jones, un Balcon sur la mer de Nicole Garcia, Les Bouchers verts, Miss Pettigrew lives for a day.... pas que du film banlieue wesh-wesh auquel on l'associe souvent. mais assez souvent des films intéressant et qui marchent, oui.

Donc, si tu veux effectivement étudier le rapport spécial entre production/réalisation/distribution et création artistique en France, intéresse toi aussi à Besson. Bon, tu vas te faire lyncher, mais c'est pas grave...

D'autant que Luc Besson est aussi à l'initiative de beaucoup de projet qui vise à amener, par exemple pendant Cannes, des films d'auteurs dans les banlieues. Oui, des films d'auteurs, pas des films à grand spectacle que de toute façon, on peut voir au multiplex de coin lol!

Après, justement, Besson représente un peu ce grand écart qu'il existe désormais entre l'idée que ce qui est pour la masse est pyrotechnique, et pour l'élite intellectuel, abscons...

Ce que l'on retrouve à la télé, d'ailleurs comme dichotomie... je vous renvoie d'ailleurs à l'intervention d' Alexandre Astier chez Morandini au sujet de la télé-réalité.
pour les web-série, je me rappelle plutôt de l'avis de son frère, Simon, à la question si il comptait poursuivre Hero Corp en web-série. C'était clairement NON. Même si le budget d'Hero corp n'est pas énorme, il disait lui même que convertit en web-série, il y a des choses qui ne pourrait plus être faite, car ce n'est plus le même format, et ce n'est plus la même façon de travailler.
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeDim 9 Jan - 23:42

Oui, Luc Besson est quelqu'un d'assez impressionnant en effet et plein de ressources. Il a fait des choses très diverses dans l'audiovisuel, et même actuellement, il travaille aussi bien dans le clip musical, le film publicitaire que les films promotionnels. Il ne lui reste plus que la télévision et le film d'entreprise à faire et il aura fait le tour ou presque. Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 55950 Et dire qu'à la base il était plongeur professionnel... Surprised

Sinon j'aime beaucoup l'éesthétique de ses films, ainsi que les BO (Eric Serra Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 150390), et on peut dire qu'il travaille avec de vrais artistes dans certains de ses films : Mœbius et Jean-Claude Mézières pour l'esthétique des décors et créatures dans Le Cinquième Elément par exemple, Jean-Paul Gaultier pour les costumes,etc. La critique l'a toujours malmené de toute façon le pauvre, et ce dès ses premiers films (échec du Grand Bleu au festival de Cannes en 88, etc.). Pour ma part je trouve qu'il a réellement du talent, une bonne imagination (plus jeune j'avais même lu ses livres qu'il avait écrit en prévision du scénario pour les Minimoys, et je lui trouve une écriture plutôt agréable), et il a bien réussi car ses films ont du succès auprès du public.

@Kusanagi a écrit:
Après, justement, Besson représente un peu ce grand écart qu'il existe désormais entre l'idée que ce qui est pour la masse est pyrotechnique, et pour l'élite intellectuel, abscons...

Ce que l'on retrouve à la télé, d'ailleurs comme dichotomie...
Tu ne m'en voudras pas si je n'ai pas trop compris ce passage... Embarassed Peux-tu me le retraduire ? J'ai du mal a bien comprendre tes idées avec pyrotechnique, abscons (un mot que je ne connaissais pas du tout) et dichotomie (un mot que j'ai pu facilement comprendre car il est transparent en anglais : dichotomy).
Revenir en haut Aller en bas
Eledhwen
Ville du Nord...
Eledhwen

Nombre de messages : 731
Age : 33
Localisation : Dans ma forêt-bibliothèque
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 1:19

Je pense que Kusa veut parler du fait qu'en France on à tendance à penser que cinéma et télévision sont divisés entre gros divertissement qui vide la tête et film d'auteur qui fait réfléchir. Or, on peut très bien faire des divertissements intelligents et riches de sens et des films d'auteur complètement cons (et c'est ce que dit Alexandre Astier dans l'interview dont parle Kusa, et je suis tombée encore plus follement amoureuse de lui que je ne l'étais déjà quand j'ai vu ça tellement ça fait du bien ce qu'il dit I love you ... bref Laughing )

@Marian a écrit:
d'un point de vue financier ça marche, d'un point de vue commercial, ça marche, et que le public apprécie. C'est tout ce qui compte, non ? Smile

Je n'en suis pas si sure... Réussir à contenter la majorité des gens est-il vraiment plus positif que de faire en sorte que toutes les minorités y trouvent leur compte? En gros, un système où il n'y aurait que des grosses productions qui marchent serait-il vraiment plus juste qu'un système où l'on donne aussi sa chance à des petits films qui sont moins bons techniquement, ont moins de succès, mais ont quand même le droit d'exister? C'est ce que j'aime aussi dans le système français (et pourtant, je suis vraiment pas cocorico comme fille, surtout au sujet de l'audiovisuel Rolling Eyes ): dans nos salles, on trouve des grosses productions, mais aussi des films d'auteur qui feront surement moins d'entrées mais n'en demeurent pas moins intéressants. (Et c'est tellement impossible de prévoir si un film va avoir du succès ou non qu'il y a parfois des films d'auteur dont on pensait qu'ils allaient rester confidentiels qui ont finalement eu un grand succès public, comme Des Hommes et des Dieux dernièrement.)

@Marian a écrit:
Je ne suis ni pour ni contre un système à l'américaine, je suis pour un système plus libre, mais avec plus de professionnalisme et de technicité que le cinéma d'auteur français, bref, pour un modèle un peu semblable à celui du cinéma hollywoodien à son âge d'or je crois.

Comme je le disais, l'âge d'or hollywoodien a certes produit des merveilles, mais il était bien loin d'offrir la "liberté" que tu sembles tant désirer, sans parler de la diversité... Et le cinéma français est loin de ne produire que des films d'auteur techniquement approximatifs...

En fait je ne suis pas sure de comprendre tes catégorisations: il y a des blockbusters qui ne sont pas toujours parfaits techniquement (bien sur ça tient généralement la route, mais je décompte quand même un certain nombre de scénarios moisis, de montages approximatifs, d'acteurs pas très bons, et j'en passe....), et des films d'auteurs qui sont nickel à ce niveau là, parce que pour que le film trouve un financement et sorte en salles, il faut quand même qu'il y ait une équipe qui sache un minimum ce qu'elle fait derrière. Et puis, c'est vrai que c'est important la technique, mais ça ne fait pas non plus tout: pour prendre un exemple qui me touche particulièrement, je m'éclate bien plus devant un film d'Ed Wood que devant le dernier Alice au Pays des Merveilles Rolling Eyes (pourtant considéré comme une belle prouesse technique, bien que je n'en sois pas franchement convaincue, mais il vaut mieux pas me lancer sur ce débat....) Mais ce serait peut-être plus facile de comprendre ce que tu veux dire si tu nous donnais des exemples de ces films français que tu évoque, parce que "film d'auteur" ça veut tout dire et rien dire à la fois, et tu sembles réduire le cinéma français à cela (à part avec Besson donc ^^)
Revenir en haut Aller en bas
http://journalambulant.hautetfort.com/
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 17:30

@Eledhwen a écrit:
l'âge d'or hollywoodien a certes produit des merveilles, mais il était bien loin d'offrir la "liberté" que tu sembles tant désirer, sans parler de la diversité... Et le cinéma français est loin de ne produire que des films d'auteur techniquement approximatifs...
Bien entendu, mais c'est comme dans tout. C’est principalement une généralité, un point de vue globale, les exceptions existent toujours, où que ce soit.

Dans cette optique là, oui, les exceptions sont essentielles, c'est ce qui fait qu'il existe toujours au moins un minimum de diversité.

@Eledhwen a écrit:
C'est ce que j'aime aussi dans le système français (et pourtant, je suis vraiment pas cocorico comme fille, surtout au sujet de l'audiovisuel Rolling Eyes ): dans nos salles, on trouve des grosses productions, mais aussi des films d'auteur qui feront surement moins d'entrées mais n'en demeurent pas moins intéressants.
En effet, c'est tout à fait vrai. Mais comme le disait Kusa je crois : c'est sans doute plus facile de réaliser son premier film en France, mais pas le second... Razz

@Eledhwen a écrit:
En fait je ne suis pas sure de comprendre tes catégorisations: il y a des blockbusters qui ne sont pas toujours parfaits techniquement (bien sur ça tient généralement la route, mais je décompte quand même un certain nombre de scénarios moisis, de montages approximatifs, d'acteurs pas très bons, et j'en passe....), et des films d'auteurs qui sont nickel à ce niveau là, parce que pour que le film trouve un financement et sorte en salles, il faut quand même qu'il y ait une équipe qui sache un minimum ce qu'elle fait derrière. Et puis, c'est vrai que c'est important la technique, mais ça ne fait pas non plus tout:
Je ne fais pas tellement de "catégorisations". Les blockbusters sont loin d'être tous bons, et même majoritairement bons de mon point de vue, et je sais qu'il y a sûrement de nombreux films d'auteurs nickel au niveau technique. C'est seulement dommage qu'en France, les opportunités ne soient pas les mêmes, que comme je l'ai dit précédemment, beaucoup de réalisateurs soient si peu professionnels et que si l'importance des relations est sans doute la même, on ne se base pas forcément sur les mêmes critères (aux USA c'est la potentialité de faire découvrir un nouveau talent, apparemment en France ça l'est beaucoup moins souvent et c'est pourquoi c'est si difficile de percer dans le milieu...).

Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8847
Age : 44
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 20:12

Pour avoir un ami qui travaille dans le cinéma (et qui s'est exilé en Grand-Bretagne, d'ailleurs) c'est très vrai... le copinage et les réseaux sont très importants en France pour travailler dans le milieu du spectacle et de la culture en général. Mais c'est aussi très vrai dans d'autres catégories professionnelle.

Ceci posé, merci Edhewen d'avoir clairement expliqué ma pensée Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 567661
Après je plussoie aussi... réussir à comprendre l'alchimie qui va faire un bon film qui va renconter le public, sans être une production calibrée, c'est du domaine de la théorie du chaos et de la prévision météo... Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 55950 Certains films sont parfois des surprises, à plein de niveau. Certains sont aussi des prouesses, je pense à Cloverfield, Monsters, District 9, qui sans budget faramineux, posent une réelle interprétation intéressante du film de monstres/extra-terrestre/truc dans le genre.

Je pense aussi que le fameux âge d'or d'Hollywood a été un âge d'or, parce que justement, les studios exerçaient une telle mainmise, un tel contrôle, que le jeu était de faire passer un message en contournant la loi...

D'un autre côté si tout miser sur le message/scénario/concept artistique finit par produire des films incompréhensibles, tout miser sur la technique finit par faire une coquille vide. un film, ce n'est pas uniquement une suite d'image, c'est aussi un moyen d'expression... la 3D, c'est bien joli, mais si c'est juste pour vendre le ticket de cinéma plus cher, et parce que faut faire moderne, ça ne sert à rien (et c'est pas moi qui le dit, c'est James Cameron Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 25855 )

Après, tout n'est pas rose au pays de l'oncle Sam dans le cinéma (il n'y a qu'à voir les nombreuses grève qui secouent le milieu, hein^^) et tout n'est pas dédié au culte du nombrilisme exacerbé en France... il n'y a qu'à voir nos nombreux réalisateurs frenchies partis pour Hollywood, parce que là-bas tu vois, on peut filmer de l'action, blablabla... et revenus la queue entre les jambes (ou la critique facile, hein Kasso?) parce que leurs films calibrés commandes de studio c'était de grosse bouse et que la liberté artistique, Hollywood s'assoit dessus... bon, si Alexandre Aja s'en sort bien, mais faut savoir jouer avec les studios ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Eledhwen
Ville du Nord...
Eledhwen

Nombre de messages : 731
Age : 33
Localisation : Dans ma forêt-bibliothèque
Date d'inscription : 03/07/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 20:21

Je ne comprends toujours pas de qui tu parles quand tu mentionnes des "réalisateurs français peu professionnels"....

Certes, le cinéma est un monde un peu fermé où il est difficile de percer, mais c'est un peu partout pareil et pas seulement en France, la France qui est d'ailleurs un des rares pays à autant chouchouter son cinéma et à proposer des tas d'aides financières ou autres à ses cinéastes. (Je m'étonne d'ailleurs parfois qu'il n'y ait pas de films français plus osés ou originaux vu toutes ces possibilités, mais c'est un autre débat...) Et quand je vois certains films américains, je n'ai pas franchement l'impression que le talent soit toujours le critère principal dans le choix de l'équipe... Rolling Eyes Bref, ce sont deux systèmes bien différents avec leurs contraintes et leurs marges de liberté, mais je ne suis pas sure qu'ils soient vraiment comparables et que l'on puisse dire que l'un est meilleur que l'autre, ils produisent tous les deux des bonnes choses, comme des mauvaises.

edit: désolée Kusa je n'avais pas vu que tu avais posté, je lis ton message! study

re edit: en fait je suis tout à fait d'accord avec toi. Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 131679 Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 64968
Revenir en haut Aller en bas
http://journalambulant.hautetfort.com/
Marian
Sherwoodian Dreamy Quill
Marian

Nombre de messages : 3076
Age : 31
Localisation : Bordeaux, un café à la main, un livre dans l'autre...
Date d'inscription : 06/07/2010

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 23:19

En effet Kusa, se serait une grossière erreur de faire un film pour la tecnique, pour simplement y exposer de nouveaux procédés et pouvoir dire "ah ouaaaaiiis carrément, ça ça fait cool !!!" Ce serait un peu stupide Rolling Eyes La technique doit être au service de la production artistique, elle est un outil. Dès que l'on utilise une technique, que ce soit 3D, effets spéciaux ou simple prise de vue, on doit se demander en quoi celle-ci va apporter quelque chose à notre film, à notre histoire. Sinon, autant ne pas l'utiliser et faire autre chose. (Ouille, je vais arrêter parce que là j'ai l'impression de redire mes cours... T.T). Ce que je veux dire c'est que cela paraît évident que ce n'est pas parce que l'on est super au point d'un point de vue technique que l'on va produire et réaliser un bon film. Smile Au sujet de l'âge d'or, j'avais précisé après l'abolition du code Hays je crois, car en effet, pendant, c'était un véritable jeu d'en contourner les règles pour éviter la censure tout en lui faisant un pied de nez (le fameux baiser dans Notorious d'Alfred Hitchcock pour n'en citer qu'un XD).

Au sujet de ton dernier paragraphe sinon, je n'aurais qu'une seule chose à dire : oui, faut aller s'exiler en Grande-Bretagne en fait... lol! Je plaisante bien entendu, car bien entendu dans ce milieu, où que ce soit, si c'est déjà difficile d'y entrer, c'est encore plus difficile d'y rester, et où que ce soit, en France ou ailleurs. C'est un véritable combat de tous les jours, mais en effet, il faut se demander ce que l'on veut produire et comment on va mener nos ambitions car on ne peut pas commencer en devenant du jour au lendemain aussi célèbre que Luc Besson bien entendu, ça paraît évident. Après chaque pays a son système, mais également son "style" : en Angleterre, ce sera sans doute l'idéal pour les period drama, aux USA pour l'action et la science-fiction, en France pour les... les films d'auteurs et les comédies un peu décalées, etc. XD Mais après on peut faire de tout n'importe où, ça dépend en effet des opportunités, et ensuite c'est une véritable loterie. Car qui aurait prédit qu'un film comme Bienvenue chez les Ch'tits aurait autant de succès ?

@Eledhwen a écrit:
Bref, ce sont deux systèmes bien différents avec leurs contraintes et leurs marges de liberté, mais je ne suis pas sure qu'ils soient vraiment comparables et que l'on puisse dire que l'un est meilleur que l'autre, ils produisent tous les deux des bonnes choses, comme des mauvaises.
Très bonne synthèse. Donc le mieux serait, si on en a la chance et que l'on s'en crée l'opportunité, de faire comme Besson et tant d'autres, d'essayer les deux. Razz

Pour revenir sur le coeur du débat, la profusion des séries TV et des Web-séries... On voit des séries telles que Skins qui avaient donné une certaine liberté et une certaine parole à une minorité, et plus précisément les jeunes, en les laissant écrire leurs propres scénarios (encadrés certes, et il me semble qu'il ne s'agit que des premières saisons, mais enfin, c'est quand même quelque chose), et à présent les web-séries ou presque tout le monde peut soudain rendre sa réalisation populaire en la mettant en ligne. Qu'en pensez-vous, ces nouvelles possibilités rendront-elles de plus en plus accessibles la production télévisuelle aux non-professionnels ? Est-ce une bonne chose ?

Personnellement je ne vois pas comment on pourrait dire qu'il s'agit d'une mauvaise chose. C'est marrant de voir cette diversité, ces équipes plus ou moins professionnelles qui avec deux ou trois bouts de ficelle et souvent un budget de trois fois rien pour certains, arrivent à faire des choses d'une qualité vraiment impressionnante. Et je ne parle pas de l'audiovisuel en général car le nombre extraordinaire de vidéos d'amateurs en ligne (sur YouTube, Dailymotion et autres) le prouvent suffisamment : filmer est devenue une activité presque banaliser dans nos pays développés, et accessibles à presque tout le monde (car ceux qui n'ont pas de caméras ont toujours une webcam ou un téléphone portable hein ?) !! Je parle de la fiction, et de la série plus particulièrement. Il y a en des masses sur le net, et de plus en plus à la télévision. De nombreux lecteurs se plaignent parfois des adaptations en films car un film de deux heures ne permet pas de suffisamment développer la complexité des personnages par exemple. Pensez-vous que la série soit vraiment idéale pour justement pouvoir faire des adaptations de livres (bandes-dessinées ou autres) ?

Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
Kusanagi

Nombre de messages : 8847
Age : 44
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeLun 10 Jan - 23:38

Pour la partie web-séries, je te répondrais simplement:
filmer, c'est un métier, ça s'apprend, ça se travaille, comme le reste. C'est pas parce que je peux filmer avec mon portable que je vais me prendre pour Scorsese.
Le développement des web-séries est lié au développement d'un nouveau média, internet, et d'une nouvelle forme de communication. Mais à partir du moment où l'on change de support on change la donne... d'où les problèmes d'adaptations de la BD au cinéma d'une série en film, etc...

C'est finalement un problème récurrent d'adaptation, c'est tout.

Est-ce que les web séries vont développer la créativité? Oui et non... elles permettent sans doute à plus de gens de s'exprimer en dehors des cadres des société de production classiques. Mais à partir du moment où elles re-rentre dans le circuit "traditionnel", elles se retrouvent confrontée au même problème que les autres: audience, rentabilité, intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Pando_Kat
Lady Gunslinger of Gilead
Pando_Kat

Nombre de messages : 7151
Age : 39
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeJeu 13 Jan - 22:05

Je voudrais juste rebondir rapidement sur Cronenberg, sur le côté "normalisé" ou "affadit" et "perte de style" de son cinéma, parce que je ne suis pas du tout d'accord Razz

D'abord dans l'absolu, et ce depuis Frissons, il a toujours été un cinéaste à la fois subversif ET sachant être commercial (bon, il s'est lourdé commercialement avec Mr Butterfly et aussi le Festin Nu, mais il s'est rattrapé - de manière peut-être inattendue - avec Crash...)

Cronenberg est un des cinéastes que j'aime et admire le plus, et je trouve son œuvre d'une cohérence absolument incroyable.

Effectivement, il a fait un grand nombre de films qu'on va réunir sous le terme d'"organique", mais à mon sens il travaille surtout sur la métamorphose, la mutation.

Et je suis désolée, mais si on suit bien sa filmo, je ne vois pas trop comment il pourrait faire plus, sans se répéter et donc perdre en force, que ce qu'il a fait dans Le Festin Nu, Crash et ExistenZ, qui pour moi sont véritablement les aboutissements de tout ce travail sur la mutation/métamorphose/transformation du corps.

Une fois arrivé à ce stade ben il a normalement évolué dans son travail, avec Spider d'abord, et ensuite avec ses films avec Viggo.

Il a fait le tour de l'organique et il est passé au cerveau Razz

Enfin en tous cas c'est ma manière de ressentir ses films.

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads
Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Pbucket
"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 553975
Revenir en haut Aller en bas
Panda
Un beau geste, j'espère.
Panda

Nombre de messages : 4993
Age : 35
Date d'inscription : 28/11/2009

Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitimeVen 14 Jan - 19:47

S'il s'agit d'une évolution et d'une envie de ne pas se répéter, je ne comprends pas pourquoi il est cité à titre d'exemple pour montrer un manque de liberté dans le cinéma scratch C'est plutôt une preuve de cette liberté, que d'être autorisé à évoluer, non ? Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel 371150
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Empty
MessageSujet: Re: Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel   Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Séries TV et Web-séries : phénomènes montants de l'audiovisuel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: And what do you do when you are not reading? :: Télévision-
Sauter vers: